Qui choisir entre mon amour à distance et mon sexfriend ?

Mon sexfriend est meilleure que mon fiancé

Mon sexfriend avec lequel je couche a une fiancée avec laquelle il s’est engagé depuis plus de 11 ans. Il n’a pas fréquenté d’autres femmes de manière durable avant de me rencontrer. Lorsque l’on s’est vu par hasard lors d’une négociation, il était voyageur de commerce, représentant d’une marque de cosmétique, nous nous sommes tout de suite accrochés. Je l’ai trouvé attrayant, et après deux jours de préliminaires, nous avons baisés comme des fous. Je lui plaisais vraiment et il ne pouvait plus se passer de moi. « Je faisais merveilleusement l’amour », me disait-il. Lui aussi me comblait, on baisait dans tous les sens, il savait y faire et répondait parfaitement à mes désirs. Lorsqu’il m’a dit qu’il entretenait une relation plus sérieuse avec une autre femme dont il était fiancé, je pensais pouvoir gérer la situation.

Sexfriend
Qui choisir entre un(e) sexfriend ou son/sa copain/copine?

Il m’attirait juste pour le sexe, mais je valorisais les relations conjugales et j’étais perplexe « : « Faut-il partir, abandonner cette relation sulfureuse et chaude ou bien rester et continuer comme… si de rien n’était ? » Je décidais de poursuivre la relation uniquement pour le plaisir. C’était un bon cheval. Je lui laissais le soin de prendre lui-même la décision : S’éloigner et rompre s’il préférait sa fiancée ou poursuivre la relation avec moi. François, pour ne pas le nommer, ne s’embarrassait pas de scrupules. Il « nous » choisit toutes les deux ! Il ne pouvait pas semblait-il rompre son engagement avec sa fiancée d’une part et puis abandonner sa relation purement sexuelle avec moi d’autre part. Il faisait la part des choses. Question sexe, j’étais incomparable, selon lui. Il s’attachait à mon cul comme un cheval à sa jument.

Des moments inoubliables avec mon sexfriend qui me bourre bien

Il me présenta à sa fiancée comme une collègue de travail. Martine appréciait l’amitié et aimait élargir son cercle. Elle ne vit que du feu quant à notre relation et ne se souciait pas apparemment de nos communications quotidiennes et répétées. La confiance qu’elle plaçait en François était-elle aussi aveugle ? De son côté, il la cajolait, lui offrait des cadeaux et faisait l’impossible pour écarter le soupçon. Nous n’habitions pas la même ville, mais il me rejoignait trois fois par semaine pour des séances de baise intense, quasi interminables. Notre relation s’est renforcée. Bien que physique, elle est devenue aussi forte émotionnellement. « Je n’imagine pas me passer de toi », me répétait-il. Moi aussi, je m’étais attaché à lui. Je n’avais pas encore rencontré d’homme qui me bourrait aussi bien.

Nous parlions tous les jours au téléphone et envoyions des SMS presque tout le temps pour attiser le feu qui nous consume. Nous nous préparions toujours à des rencontres orageuses remplies de fougue et de passion. Nous nous voyions deux à trois fois par semaine, et je dois dire que chaque fois que nous nous retrouvions, c’était volcanique ! peu importe ce qui pouvait arriver, nous nous sentions très heureux et passions des moments inoubliables. Peut-être que ce feu était allumé et entretenu par ce sentiment d’infidélité et de secret que nous tenions délibérément à ignorer. Je le rendais fou, il me subjuguait, nous étions comme des diables jouant un double jeu, se consumant dans l’enfer du désir et de la luxure. Il m’a dit que s’il n’était pas avec sa fiancée, il m’épouserait, moi, dont il ne savait pas se passer. Je lui ai répondu qu’il pouvait rester avec elle, et que tant que l’on était ensemble, rien ne me dérangeait. Je l’aimais pour le sexe, j’étais insatiable et il savait me faire monter au septième ciel.

Ma femme comme gâteau, ma sexfriend comme cerise

Quand j’ai rencontré sa fiancée, j’espérais pouvoir l’aimer, être heureuse pour eux et quitter François juste après pour sauver leur couple. Mais…, devinez quoi? Je ne l’ai pas aimée du tout, je n’aimais pas la façon dont elle se comportait, une petite bourgeoise patentée et suffisante. Je décidais sur le champ, dans le secret de mon cœur, de continuer « ma » relation pour le meilleur et pour le pire ! J’ai appris par la suite qu’elle aussi ne m’aimait pas, selon François, mais qu’elle me tolérerait, tant que j’étais une collègue de travail et une amie « comme çà » simplement, sans implication sérieuse. Si elle savait, la Bourgeoise !

La date de leur mariage a été fixée, j’ai été invitée, j’ai dit à François que je ne pouvais pas venir. À dire vrai, je pense que François a commis une erreur en l’épousant. En dépit du physique agréable de Martine, quel pacte y’avait-il entre eux et les obligeait à s’unir ? Mais François était un homme adulte et responsable, il pouvait prendre des décisions tout seul et pour lui-même. Cela ne me regardait pas. Je n’allais pas lui dire quoi faire. Après son mariage, je pensais que François allait s’éloigner et partir. Mais, non ! Il est revenu, comme un chien au bercail ! Il m’appelle tous les jours et nous baisons au moins deux fois par semaine ! Au moment où je craignais pour notre relation, il était devenu plus déterminé. Est-ce normal d’avoir un gâteau à la maison et une cerise dont vous êtes fous? Bref, J’ai décidé qu’il était temps de me chercher un nouveau sexfriend.