Infidélité ne doit pas rimer avec culpabilité

infidelite normal polygamieNous ne sommes pas concus pour etre monogame

La monogamie n’est pas humaine

Si l’on regarde bien, rien que le mot tromper revêt une connotation négative, notre société ou certains membres de celle-ci considère l’infidélité comme un fait impropre à l’être humain et l’envisage même comme une pratique animale (ce qui n’est d’ailleurs pas fondé car bien qu’elle soit très rare il existe des espèces animales monogames comme par exemple le gibbon, le pigeon, le manchot et l’hippocampe), selon eux l’homme doit « aimer » une personne à la fois ou du moins se doit de respecter la personne avec laquelle il a établi une relation de couple, c’est-à-dire, ne pas chercher à avoir des relations sentimentales ou physiques avec d’autres partenaires.

Relation adultérine ancrée dans notre société

Depuis les sociétés primitives qu’elles soient animales ou humaines, la monogamie n’a jamais existé, l’homme a toujours cherché le contact de l’autre.  Nous ne nous centrons souvent que sur la polygynie mais la polyandrie bien que très mal jugée au sein de notre société est un phénomène tout aussi répandu. Les hommes ne peuvent établir des relations adultérines que si les conditions de leur environnement l’y autorisent. Pour nous qui sommes des mammifères, les neuf mois de gestation dans le ventre da la mère ainsi que l’allaitement libèrent les hommes quant au soin à apporter à leur progéniture. C’est probablement ce qui fait que dans notre société l’homme qui trompe sa femme est moins sévèrement jugé que la femme qui multiplierait les conquêtes ou qui oserait tromper son mari une seule fois.

fier adultereL’infidelite et vous

 Vivre son infidélité sans avoir honte

Selon la psychologie évolutionniste l’homme est un être foncièrement infidèle et il est d’autant plus rare dans notre société actuelle qu’une personne passe toute sa vie avec le même partenaire. C’est la raison pour laquelle nous devons nous déculpabiliser et ne pas sentir de honte si l’on vit soi-même une relation adultère. C’est l’éducation que nous avons reçue qui influe directement sur notre comportement affectif et sexuel. Savoir si l’espèce humaine est naturellement polygame ou monogame n’est pas la bonne question à se poser et cela ne doit en rien nous préoccuper.  La relation adultère fait partie de notre société, Il ne faut donc pas se sentir coupable à tromper sa partenaire comme souligné dans l’article monogamie malheureuse ou polygamie heureuse. L’être humain a suffisamment d’amour à donner pour en donner à plusieurs au cours de sa vie. 

tromper son copainL’adultere vue par la societe

Moeurs légères de la société

Pourquoi considère-t-on que les gens qui trompent leur conjoint ont des mœurs légères ? Notre société est faite de tabous, il faut parvenir à dépasser tous les préjugés établis sur l’adultère dans notre société afin de vivre au mieux sa vie et ne pas s’empêcher d’être heureux sous prétexte que certains voient l’adultère comme une chose honteuse. Il n’y a pas lieu à faire un débat, il faut faire avancer les mentalités et faire réaliser à certains que la vie à deux n’est pas l’unique option de vie. 

L’adultère, une forme d’épanouissement

En outre, la condition économique s’est nettement améliorée dans notre société occidentale, ce qui plonge les hommes et les femmes dans une sorte de monogamie sérielle (plusieurs unions monogames rythmées par des ruptures). L’indépendance économique des deux sexes fait qu’il n’existe plus ou très peu de dépendance au sein du couple, les femmes sont déculpabilisées du plaisir sexuel et commencent peu à peu à se comporter comme des hommes. L’adultère vient à faire partie de l’épanouissement personnel et agit comme un exutoire face au stress que nous procure cette société en pleine évolution. Succomber à la tentation ne doit pas rimer avec culpabilité, il se peut que nous devions simplement redéfinir ou réinventer la notion de couple.